11/7/2024
 DANS 
SOCIÉTÉ

JO 2024 : les paris sont de mises !

Étude sous embargo de diffusion jusqu'au jeudi 11 juillet à 6h

Un siècle après ceux de 1924, Paris accueillera à partir du 26 juillet les Jeux Olympiques d’été. Si cet événement ravit bien évidemment les amateurs de sport, quand bien même il n’échappe pas aux controverses liées à son organisation, il intéresse également les parieurs qui pourront trois semaines durant miser sur des centaines d’athlètes dans une multitude de disciplines.

L’enquête réalisée à ce sujet par l’agence spécialisée en statistiques FLASHS pour le site CritiqueJeu.info auprès de 1 000 Françaises et Français montre clairement une appétence de nos compatriotes pour les paris sportifs, qu’ils soient ou non associés à l’engagement d’argent. Plus d’un tiers d’entre eux envisagent en effet de parier à l’occasion de cette XXIIIe Olympiade lors desquelles ils soutiendront avant tout les athlètes français, mais miseront de manière pragmatique sur les sportifs qu’ils jugent les meilleurs. Si les parieurs sont avant tout motivés par l’opportunité de gagner de l’argent, la crainte d’en perdre représente un frein de poids à la pratique du pari chez un nombre non négligeable des personnes interrogées.  

Cette enquête s’est également penchée sur la perception de la place de la politique aux Jeux Olympiques. En la matière, les Françaises et les Français affirment clairement leur souhait qu’une distinction nette soit faite, sans pour autant croire majoritairement que cette trêve soit de nature à apaiser les tensions entre pays.

71% des Françaises et des Français suivront les Jeux de près ou de loin

Une large majorité de nos compatriotes s’intéresseront plus ou moins fortement aux Jeux Olympiques cet été, une tendance plus masculine que féminine.

Plus de 7 Français sur 10 suivront les Jeux Olympiques Paris 2024 cet été ;

17% indiquent qu’ils les suivront de très près en regardant la plupart des compétitions ;

Plus du tiers (36%) des personnes interrogées se contenteront des événements clés ;

81% des hommes déclarent qu’ils suivront les JO contre 63% des femmes ;

Celles et ceux qui se déclarent sportifs seront les plus assidus : 80% prêteront attention à l’événement contre à peine plus de la moitié des non-sportifs (55%).

Les athlètes tricolores d’abord

Les athlètes français engagés dans les différentes disciplines peuvent compter sur le soutien indéfectible de la population.

Lors des compétitions, près de 9 répondants sur 10 (89%) ayant l’intention de suivre les Jeux Olympiques soutiendront les athlètes français en lice ;

3% encourageront les sportifs d’un autre pays et 8% ne soutiendront personne en particulier ;

La nationalité est le premier critère dans le choix des athlètes et équipes soutenus : 76% des Françaises et des Français la citent avant le lieu de naissance (25%) et les performances sportives (25% également) ;

Les seniors sont les plus nombreux à encourager un athlète en fonction de ses performances : 41% des plus de 65 ans sont dans ce cas.

Avec ou sans argent, les Françaises et les Français parient

Parier à l’occasion d’une manifestation sportive est loin d’être une pratique anodine. Celles et ceux qui s’y consacrent préfèrent nettement l’agrémenter d’un enjeu financier.

Près d’un Français sur deux (48%) a déjà parié lors d’un événement sportif, dans un contexte officiel (site de paris en ligne par exemple) ou non (entre amis, en famille, entre collègues) ;

En l’espèce, les hommes (58%) sont plus nombreux que les femmes (39%) à s’adonner aux paris sportifs ;

Celles et ceux ayant déjà parié lors d’événements sportifs sont 42% à dire qu’ils le font souvent (33%), voire systématiquement (9%) ;

Lorsqu’ils parient sur des manifestations sportives, 68% des Françaises et les Français préfèrent miser de l’argent :

Là encore, la gent masculine est plus encline à parier une somme que la gent féminine (76% des uns contre 57% des unes).

Motivations et freins aux paris sportifs

Interrogés sur les motivations qui les incitent à parier lors d’événements sportifs, les Françaises et les Français citent en premier lieu l’opportunité d’un gain financier. Mais la crainte de perdre de l’argent est également un frein puissant.

Un tiers d’entre eux (33%) disent que la perspective de gagner de l’argent est leur principale motivation lorsqu’ils parient ;

Excitation, adrénaline et frissons arrivent en seconde position, à égalité avec l’esprit de compétition qui anime les parieurs (16%) ;

L’amour porté à un sport n’entre en jeu que pour 14% des personnes interrogées ;

12% évoquent également la curiosité liée aux paris, c’est nettement plus le cas des femmes (17%) que des hommes (9%) ;

Si gagner de l’argent apparait comme un puissant moteur, la peur d’en perdre est une barrière tout aussi forte : près de la moitié (45%) des Françaises et des Français disent que c’est là leur principal frein à parier ;

Cette peur d’une perte financière est notamment très présente chez les plus jeunes : 58% des 18-24 en font état ;

Plus d’une personne interrogée sur dix (11%) redoute le pouvoir addictif des paris, une crainte deux fois plus forte chez les hommes (14%) que parmi les femmes (7%).

Miser sur les meilleurs

Pragmatiques, les parieuses et parieurs se porteront d’abord sur les sportifs les plus affutés du moment.

Si 34% des répondants indiquent qu’ils pourraient parier lors des Jeux Olympiques, moins d’un sur dix (9%) en a la certitude ;

Les parieurs et parieuses miseront avant tout (47% le disent) sur les sportifs qu’ils estiment les meilleurs ;

33% laisseront les performances au second plan pour parier sur des athlètes en fonction de leur nationalité ou de l’admiration qu’ils leur portent ;

Seuls 10% se fieront aux pronostics et aux cotes, un chiffre identique à celui de celles et ceux qui ne mettront en place aucune stratégie.

Vade retro politique

Largement favorables à des Jeux éloignés des enjeux politiques, les Françaises et les Français sont partagés sur la capacité de l’événement à réduire les tensions entre pays.

Une forte majorité (69%) des Françaises et des Français estiment que les Jeux Olympiques devraient se tenir à l’abri des considérations politiques contre seulement 11% qui pensent le contraire ;

Cette perception varie considérablement en fonction de l’âge des personnes interrogées : quand 85% des seniors plus de 65 ans souhaitent une distinction nette entre JO et politique, les 18-24 ans ne sont que 46% dans ce cas ;

Quand bien même les Jeux Olympiques véhiculent des idéaux de paix et de fraternité, les Françaises et les Français relativisent leur potentiel à calmer les dissensions entre pays : 42% jugent que ce n’est pas le cas contre 39% qui sont plus optimistes. Près d’un répondant sur cinq (19%) n’exprime pas d’opinion à ce sujet.

Un tiers approuve la bannière neutre du CIO

Les réponses à la question de savoir si le CIO a pris une bonne décision en imposant une bannière neutre aux sportifs russes et biélorusses témoignent d’une opinion publique contrastée.

33% des répondants soutiennent pleinement la décision du CIO d’imposer aux athlètes russes et biélorusses de concourir sous bannière neutre en raison de la guerre en Ukraine ;

Un quart (26%) disent comprendre cette mesure tout en n’étant pas forcément d’accord avec, 18% y sont en revanche opposés ;

24% n’expriment pas d’opinion sur cette question, une neutralité plus présente chez les plus jeunes (32% des 18-24 ans) et parmi les femmes (31% contre 17% des hommes).

Enquête réalisée par FLASHS pour CritiqueJeu.info du 21 au 26 juin 2024 par questionnaire autoadministré en ligne auprès d’un panel de 1 000 personnes âgé(e)s de 18 ans et plus, représentatif de la population française. Le questionnaire a été diffusé par Selvitys.